Accueil Vie de maman L’apnée du sommeil débarque dans ma vie !

L’apnée du sommeil débarque dans ma vie !

par Maman Plume

Une fatigue harassante dès le réveil, des migraines à répétition ont été pour moi les symptômes d’alerte, mais il y en a beaucoup d’autres… Je vous partage aujourd’hui ma découverte, mon hospitalisation en hôpital du sommeil et les moyens mis en place pour retrouver un quotidien normal !

J’ai passé de nombreux mois voir même des années avec comme symptômes une fatigue et quelques migraines qui se sont amplifiées au fur et à mesure que les mois avançaient. Et sincèrement, je n’avais jamais pensé que je pouvais développer de l’apnée du sommeil. C’est pourquoi aujourd’hui j’avais envie de vous partager mon expérience !

Bien entendu, elle est propre à moi et si vous avez des doutes, votre médecin sera le mieux placé pour vous conseiller 🙂

L’apnée du sommeil, c’est quoi ?

L’apnée obstructive du sommeil se produit pendant que vous dormez. Vous arrêtez alors régulièrement de respirer pendant 10 à 30 secondes. Quand vous dormez, vous respirez, mais vos voies respiratoires se bloquent progressivement, vous ronflez de plus en plus fort et votre cerveau entreprend de vous réveiller pour vous faire prendre l’inspiration qui remontera le niveau d’oxygène de votre sang et relancera votre cycle respiratoire. La plupart du temps ce réveil est inconscient, vous ne vous en rendez donc pas compte, mais votre sommeil est haché et vous ne récupérez pas !

L’apnée du sommeil débarque dans ma vie !

Je suis quelqu’un qui, par nature, ne s’assoie jamais ! J’ai toujours mille projets / choses à faire. Le soir, je peux bosser jusqu’à minuit sans souci… sauf que depuis de nombreux mois, j’en suis totalement incapable !

Ayant eu un petit loup au moment de l’apparition des symptômes, il y a 3 ans, j’ai mis en cause l’accouchement, puis les nuits hachées par bébé, puis un grand nombre de nuits à rattraper, puis le rhume du mois dernier, puis le rythme de fou du mois suivant… Bref j’avais toujours une excuse pour justifier ma fatigue…

Puis cette année, me voyant extrêmement exténuée, Monsieur faisait tout pour me laisser dormir le matin (même contre mon refus) et sincèrement ça ne changeait rien, ma fatigue restait là.

Le matin, aussitôt levée, j’avais l’impression d’avoir un parpaing sur chaque épaule, des jambes lourdes et une sensation de fatigue comme si j’étais rentrée tard de soirée et que je n’avais presque pas dormi…

Je vous assure, c’est dur dur d’entendre les enfants essayer de vous protéger en disant qu’il faut laisser maman tranquille car elle est fatiguée.,comme si la définition de maman c’est fatigue ! C’est hors de question pour moi !

Mes symptômes :

Les choses ont ensuite continué à évoluer,  en plus de la fatigue, j’avais des migraines en continu et tous les jours,  l’impression d’avoir les jambes lourdes. J’ai aussi commencé à ronfler (oui pas super sexy), moi qui n’ai jamais ronflé ça m’a fait un choque. Il y avait aussi l’hypersensibilité et je vous l’avoue, je pouvais pleurer pour 3 fois rien.

Il y a aussi mes nuits catastrophiques où je pouvais m’endormir en 2 minutes et me réveiller 30 minutes après, comme avec un interrupteur on/off … je tombe et je me réveille direct, en forme, sans plus du tout avoir sommeil !

Quand je m’endormais, je bougeais tout le temps, avec un million de petits réveils pour des changements de sens et sans oublier les suées où j’avais l’impression que dans la chambre il faisait 40 degrés. Quelques minutes plus tard, j’étais glacée…

Une nuit en hôpital du sommeil

Bref, après avoir échangé avec un médecin, il m’a en effet confirmé que mes symptômes ressemblaient bien à de l’apnée du sommeil et m’a envoyé voir un pneumologue.

Celui-ci m’a fait faire différents tests de souffle (qui étaient OK) et m’a ensuite demandé de venir passer une nuit en hôpital du sommeil.

Je vous l’avoue, c’est une sacrée expérience, plutôt impressionnante !

L’apnée du sommeil débarque dans ma vie !

Mon expérience :

Je suis arrivée à l’hôpital pour 16h, on m’a emmenée dans une petite chambre et là, surprise… Je m’attendais à une chambre d’hôpital, mais en fait oui et non. C’était bien une chambre d’hôpital, mais améliorée  et cocooning. Pour commencer, il y avait un vrai lit (un lit double !!), avec un matelas vraiment confortable et sans bruits de plastique youhou. Même la déco de la chambre était sympa, petit bureau, vraie table de nuit comme on pourrait avoir chez nous, une télévision, une salle de bain douche, wc…

L’apnée du sommeil débarque dans ma vie !

Une particularité, dans la chambre il y a une camera, un micro et un détecteur de mouvement… eh oui j’aillais être surveillée toute la nuit (dans mon rapport, ils mentionnent même à quelle heure j’ai éteint la lumière, combien de temps j’ai dormi sur le dos, à droite… bref super précis avec les cameras…)

À 17h, une infirmière est venue me coller des électrodes un peu partout ! ( 4 sur le crâne accrochées avec du plâtre, 4 sur les jambes, une vingtaine sur le corps et le visage et un boitier sur la poitrine où tous les câbles étaient reliés). Elle m’a informée qu’après le repas, j’aurais le droit à une petite suite d’accessoires et parmi eux, un chouette bonnet !

L’apnée du sommeil débarque dans ma vie !

19h : petite pause repas, repas plutôt sympas au passage, rien n’a voir avec un repas d’hôpital  et c’était plutôt bon.

20h30 : passage de l’infirmier qui me demande de lui dire quand je souhaite passer au lit pour finir de me mettre le fameux équipement de nuit.

J’ai eu le droit à une vérification du fonctionnement de toutes les électrodes déjà en place, d’un capteur de saturation au doigt, de capteurs de respiration dans les narines, d’un super bonnet filet pour tenir le tout sur ma tête et d’un nouveau câble relié à mon boitier et au mur (pour envoyer mes infos de sommeil à leur ordi)

Au passage, si besoin d’aller aux wc ou autre j’avais le droit de débrancher du mur le fameux câble, donc pas de soucis au besoin 😉

L’apnée du sommeil débarque dans ma vie !

Apnée du sommeil chez moi que faire ?

Entre nous, j’étais persuadée que j’aurais du mal à dormir, surtout équipée comme ça, mais en fait non, je suis littéralement tombée de fatigue (merci la fatigue de l’apnée qui m’épuise) à 22h et ce jusqu’à 5h où j’ai lutté jusqu’a 7h pour rester au lit.

Dès que je me suis réveillée une infirmière est arrivée et m’a aussitôt retiré l’intégralité de mon équipement … libéréeeee délivréeeeee

Petit dej, douche et attente du pneumologue entre 9h et 11h.

Mon verdict :

J’ai de la chance, à 9h le spécialiste était là et le verdict tombé !

Je fais en effet de l’apnée du sommeil, moi qui pensé avoir une version légère, je suis totalement à l’opposé étant donné que le diagnostique m’annonce une apnée sévère !

Mon corps arrête de respirer en moyenne 76 fois en 1h et sur un échantillon de 3 minutes, j’arrête de respirer 9 fois, ce qui est énorme.

L’apnée du sommeil débarque dans ma vie !

J’ai donc gagné le droit à la fameuse machine la nuit et un masque sur le nez, très particulier… Mais il parait que grâce à cette machine qui envoie de l’air, je vais enfin mieux dormir et retrouver ma force et mon énergie d’antan.

Alors on se tient au courant les copains, et je reviendrais vous dire ce qu’il en ai dans quelques temps 😉

Vous aimerez aussi

1 commentaire

Lemoine 29 mars 2022 - 18 h 50 min

Bonjour,
Merci pour cette article, mon papa fait de l’apnée du sommeil mais detecté par d’autres symptômes.
En revanche depuis quasi un an j’ai un gros soucis de sommeil, je l’ai même suivi pendant 1 mois avec une montre connectée (verdict très peu de sommeil profond, beaucoup de léger et paradoxal). En revanche en lisant votre article je me retrouve dans certains points et je comprends pourquoi je suis fatiguée et que le soir à21h30 y a plus personnes par contre à partir de 23h,pfff…
Ça me fait vraiment douté et ça va me pousser à aller consulter.

Réponse

Laisser un commentaire

Ce site utilise les cookies pour optimiser votre expérience de navigation. Nous considérons que vous êtes d'accord mais vous pouvez refuser si vous le désirez. Accepter En savoir plus